SOUTENIR LA RECHERCHE, UNE PRIORITÉ 

Alfred Vericel et Hélène Huby, touchés de près par cette maladie, ont voulu s’impliquer dans le combat contre la CSP et savoir de quelle façon ils pouvaient contribuer à faire progresser la recherche. Ils ont consulté à la même époque les deux spécialistes français, les professeurs Olivier Chazouillères et Chantal Housset, qui ont décidé de les mettre en relation. 
La fondation “Fonds CSP” est créée le 8 janvier 2011.
 Les fonds récoltés sont intégralement reversés à la recherche médicale sur la Cholangite Sclérosante Primitive, mis à part les frais de fonctionnement (inférieurs à 5 000€, selon le prévisionnel du Fonds CSP). 
Le programme de recherche est élaboré chaque année conjointement avec les chercheurs et cliniciens de l’Hôpital Saint-Antoine, l’un des meilleurs centres de recherche mondiaux spécialisé sur la maladie. 
Il est audité par Mette Vesterhus, post doc, Norwegian PSC Research Center, OUH and Dept. of Medicine, Haukeland University Hospital, Bergen. Une convention passée avec l’Université Pierre et Marie Curie détermine l’affectation des fonds. 
Chaque programme de recherche comprend des objectifs (avancées mesurables des projets, et résultats de publication). Un point semestriel audite la bonne avancée des projets. Un bilan financier annuel vérifie la bonne affectation des fonds.

LE PROGRAMME DE RECHERCHE 

A la demande des administrateurs du Fonds CSP, un programme de recherche ad hoc sur la CSP a été conçu par les équipes du Centre de Référence des Maladies Biliaires (Centre Hospitalier Saint-Antoine, Assistance Publique- Hôpitaux de Paris et Université Pierre et Marie Curie-Paris 6). Le Centre de Référence des Maladies Biliaires possède une des toutes premières équipes internationales reconnues dans le domaine de la CSP.
Aujourd’hui, le programme de recherche s’articule autour de 3 grandes lignes : amélioration du diagnostic, essais thérapeutiques et recherche fondamentale.

En ce qui concerne l’ AMÉLIORATION DU DIAGNOSTIC :

  • Une base de données cliniques et biologiques comprenant plus de 200 patients a été constituée à Saint-Antoine. Elle est régulièrement mise à jour et elle a déjà été utilisée par d’autres centres internationaux spécialisés dans le domaine de la CSP
  • Le Fonds CSP finance une étude sur la valeur prognostique de l’imagerie par résonnance magnétique (magnetic resonance imaging, MRI), du 3D magnetic resonance cholangiography (3D-MRC), et du fibroscan (étude prospective de la valeur pronostique de l’élastométrie impulsionnelle). L’étude sur le fibroscan est réalisée avec plus de 10 hôpitaux dans le monde. Les premiers résultats mettent en évidence des corrélations statistiques qui pourront être utilisées pour suivre les patients de façon moins intrusive
  • Le Fonds CSP finance une étude sur la corrélation entre la taille de la vésicule biliaire et l’évolution probable de la maladie. Cette étude fait suite à des travaux de l’équipe suggérant un effet protecteur d’une grosse vésicule biliaire dans un modèle animal

Au niveau des ESSAIS THÉRAPEUTIQUES, le Fonds CSP participe au financement des essais suivants :

  • Simtuzumab (monoclonal antibody against Lysil oxidase like-2) : il s’agit d’un nouveau traitement sur la sclérose du foie mis au point par le laboratoire GILEAD avec lequel nous collaborons pour tester les effets sur des patients atteints de CSP
  • Dilatent : élargissement des voies biliaires, testé sur plusieurs patients atteints de CSP
  • Transige : regulateur de lymphocytes, testé sur plusieurs patients atteints de CSP
  • Etude sur l’impact des fibrates
  • Etude sur le Vedolizumab, Takeda
  • Etude avec le laboratoire NGM Biopharmaceuticals sur un analogue FGF19

En ce qui concerne la RECHERCHE FONDAMENTALE, le Fonds CSP cofinance les projets suivants :

  • Une étude sur l’influence de l’écosystème intestinal, le microbiote, dans le déclenchement et l’aggravation de la CSP ainsi que la détermination de corrélations entre le microbiote et l’alimentation
  • Une étude sur de nouvelles cibles et molécules thérapeutiques :
    – Récepteur TGR5 : comprendre quels sont les effets bénéfiques sur la CSP, de ce récepteur d’acide biliaire qui agit sur la composition du pool d’acides biliaires.
    – Récepteur de vitamine D : le Fonds CSP a financé des travaux de recherche sur la vitamine D démontrant que la vitamine D exerce différents effets protecteurs dont on peut attendre un bénéfice dans la CSP. Des contacts avec des laboratoires sont en cours pour tenter de matérialiser par un traitement ces pistes thérapeutiques.
  • Une étude sur les effets (controversés) de l’acide UDCA (acide ursodésoxycholique) sur la fibrose

L’ÉQUIPE DE RECHERCHE MÉDICALE 

Ce programme a été établi avec le Professeur Olivier Chazouillères et le Professeur Chantal Housset, et validé par le Docteur Mette Versterhus.

Olivier Chazouillères

Olivier Chazouillères

Olivier CHAZOUILLERES est hépatologue, Professeur des Universités – Praticien Hospitalier (PU-PH) à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC-Paris 6). Il est chef du service d’Hépatologie et chef du Pôle Digestif de l’Hôpital Saint-Antoine. Il a été secrétaire général de la société savante française d’hépatologie (AFEF) et est actuellement président d’une commission de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les Hépatites Virales (ANRS). Il est membre de l’équipe Inserm-UPMC intitulée « Pathologies biliaires, fibrose et cancer du foie » dirigée par le Professeur Chantal Housset à l’Hôpital Saint-Antoine. Au sein du Centre Maladies Rares (maladies inflammatoires des voies biliaires) de l’Hôpital Saint-Antoine, il est le référent clinicien national pour la Cholangite Sclérosante Primitive (CSP) et prend en charge de nombreux patients.

Chantal Housset

Chantal Housset

Chantal HOUSSET est hépatologue, Professeur des Universités – Praticien Hospitalier (PU-PH) en Biologie Cellulaire à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC-Paris 6). Elle est responsable de l’équipe Inserm-UPMC «Pathologies biliaires, fibrose et cancer du foie» à l’Hôpital Saint-Antoine, et directrice de l’IFR65, Institut de Recherche en Santé. Après un post-doctorat à l’Université de San Francisco, elle intègre l’Inserm en 1994 comme Chargée de recherche. Elle siège aux Conseils scientifiques de la Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie et de la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM). Au sein du Centre Maladies Rares (Maladies inflammatoires des voies biliaires) de l’Hôpital Saint-Antoine, elle est responsable de la Recherche translationnelle sur les maladies biliaires.

Mette Versterhus

Mette Versterhus

Mette Verstehus est un docteur en médecine, spécialiste en médecine interne. Elle travaille en tant que post-doc à un projet de recherche collaborative entre le PSC Research Center de l'université d'Oslo (Norvège), et le Centre d'ultrasons en gastroentérologie à l'université de Haukeland (Norvège) où elle occupe un poste de chercheur. Par ailleurs, elle est membre des conseils d'administration du Centre Norvégien des Ultrasons en Gastroentérologie, du Centre Norvégien des Maladies du Foie, ainsi que du Comité EFSUMB-EASL. Elle a initié la mise en place des cohortes prospectives pour la CSP. Son principal centre d'intérêt sont les bio-marqueurs de la PSC et les pronostiques associés, avec un focus spécifique sur sérums bio-marqueurs et l'imagerie (y compris l'élastographie par ultrasons, et les techniques de résonances magnétiques).

LES PUBLICATIONS LIÉES AUX TRAVAUX DU FONDS CSP 

Publications

Projets au niveau international (Rapport IPSCSG)

Dernier Rapport Annuel

▪ Contribution au « immunochip project »

En 2009, l’institut Sanger (Royaume-Uni) a lancé ce projet afin d’étudier les similitudes et les différences génétiques dans un grand nombre de maladies auto-immunes. Plus de 210 000 échantillons d’ADN de patients atteints de maladies auto-immunes diverses ont été récoltés. L’objectif de l’institut est donc d’établir la preuve de gènes à risque favorisant le développement de la Cholangite Sclérosante Primitive (CSP). Le groupe IPSCSG a contribué à ce projet en complétant l’ADN de plus de 4 000 patients atteints de la CSP.

▪ Collecte de données cliniques de 7 500 patients CSP

Etablir une base de données relatant les observations cliniques.

▪ Etude multicentrique sur l’utilité du Fibroscan

Le fibroscan représente un moyen non invasif d’exploration du foie qui apporte au clinicien des informations lui permettant d’établir son diagnostic et de définir une stratégie thérapeutique. L’étude multicentrique (études scientifiques réalisées avec des volontaires de centres médicaux différents) vise à évaluer l’utilité du Fibroscan pour déterminer la progression de la Cholangite Sclérosante Primitive.

▪ Contributions multiples à l’étude « Pruritus GWAS » (Dirigée par Georges Mells)

Le prurit chronique (démangeaisons) est un symptôme invalidant qui se produit fréquemment dans les maladies cholestatiques du foie et peut entrainer une réduction significative de la qualité de vie.
La pathogénie du prurit cholestatique est mal comprise, bien que les données récentes suggèrent qu’il est lié à l’activité de l’autotaxine (toxine produite dans l’organisme, capable d’entraver son fonctionnement et son développement).
Le prurit ne se produisant pas chez tous les patients atteints de cholestase, il n’est donc pas lié au stade de la maladie. La prédisposition génétique est un facteur important : c’est pourquoi, l’étude « Genome Wide Association Study » (GWAS) a pour objectif de recueillir les échantillons pour identifier les gènes communs associés à un prurit cholestatique.
En 2012, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont contribué à cette étude par la méta-analyse, démarche statistique combinant les résultats d’une série d’études indépendantes sur un problème donné.

▪ Participation à des essais cliniques

Dilstent2
Population de l’étude : sujets de cholangite non avancée, ayant des sténoses dominantes avec une progression de plaintes cholestatiques.
Objectifs de l’essai :
1- Comparer l’efficacité d’une dilatation par ballonnet / pose d’un stent à court terme, en matière de taux de récidive sur 2 ans.
2- Comparer l’efficacité sur 3 mois de la dilatation par ballonnet / pose d’un stent à court terme, en matière d’amélioration des symptômes cholestatiques, du bilan hépatique et de la qualité de vie.
Résultats : en cours

Nor-ursodeoxycholic
Population de l’étude : souris avec traitements thérapeutiques : ursodesoxycholique / nor-ursodeoxycholic.
Objectifs de l’essai :
1- Tester les effets thérapeutiques pour chacun des groupes.
2- Comparer les effets hépatiques, les marqueurs de l’inflammation et de la fibrose ainsi que le transport de l’acide biliaire.
Résultats : lacide nor-ursodeoxycholic a nettement amélioré l’histologie du foie et les tests hépatiques, contrairement à l’acide ursodexoxycholique qui présente une efficacité moindre.Il améliore la CSP, avec l’augmentation du caractère hydrophile des acides biliaires, la stimulation du flux de la bile et la désintoxication ainsi que l’élimination des acides biliaires.